samedi 24 septembre 2016

Les Hauts de Hurlevent, (Emily Brontë) ☆








___________________________________________________________________________________

de son titre original Wuthering Heights, sorti en 1847, il s'agit de l’œuvre britannique d'Emily Brontë
il compte 503 pages excises
si l'on tourne le livre, voilà ce que la quatrième nous offre:

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s'approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.

___________________________________________________________________________________

« C’était au moins une louable ambition de sa part que de désirer d’être aussi accompli que Linton ; et il est probable que ce n’est pas simplement par ostentation qu’il s’était mis à l’étude. Vous l’aviez déjà fait rougir de son ignorance auparavant, j’en suis certaine ; il voulait y remédier et vous plaire. C’était faire preuve de très mauvaise éducation que de vous moquer de sa tentative imparfaite. Si vous aviez été élevée comme lui, auriez-vous été plus raffinée ? Enfant, il se montrait aussi vif et intelligent que vous ne l’avez jamais été ; et je suis choquée qu’on le méprise maintenant, parce que ce vil Heathcliff l’a traité aussi injustement. »
___________________________________________________________________________________

Mon résumé:
Un roman sur deux générations, avec comme point central un amour cruel : celui d'Heathcliff et de Catherine. Heathcliff, « adopté » par le père de Catherine, se verra relégué à son rang de bohémien, vaurien, moins-que-rien, lorsque ce dernier mourra. Et Catherine, de par son rang plus noble, ne pourra jamais rien espérer de plus que leurs jeux d'enfants...
De l'autre côté des Hauts de Hurlevent se trouve « La Grange », où vivent les Linton. Eux aussi sont de bon sang, et les parents ne voudront que pousser leurs enfants dans de bonnes dispositions.
Car, après tout, dans ce livre, seuls les adultes décident, et ils sont bien plus immatures parfois que les enfants même.

Mon avis:
Tant de sentiments, tous si violents au possible ! Même l'amour est douloureux à sentir dans ce roman. Les uns et les autres s'aiment et se haïssent à tour de rôle, lorsque les sentiments ne sont pas si entrelacés qu'ils pervertissent les âmes... À douter, parfois, d'avoir affaire à des hommes plus qu'à des démons. Heathcliff, vous avez dit ?
Car au final, il s'agit bien du pilier central. D'un garçon qui avait l'air si bien parti on se retrouve avec un être d'une cruauté sans pareille. Et si parfois il est difficile de lui en vouloir, à plusieurs reprises on le désirerait mort depuis longtemps.

Autour naviguent Mrs Dean, Ellen, qui content l'histoire au nouveau locataire, Mr Lockwood. Et c'est là qu'au final se trouve l'un des personnages les plus humains face aux plus pédants et inutiles. Un simple spectateur, une souris.
Nous avons aussi Hindley, Isabelle, Edgar... tous, au final, aussi fragiles et ridicules les uns que les autres. Même si, dans ce roman, toutes les filles ont un point commun : un caractère beaucoup plus appuyé que les hommes.

Les enfants ont aussi une place importante, dans ce qu'ils ont de négligé et négligeable par leurs parents. Et on décide de leur vie tant et si bien que pour eux le destin n'est qu'un livre dont on a commencé par la fin.

Quand je parlais des sentiments, l'amour et la haine sont les plus présents, et au final révélateurs de ce que le livre veut apporter : le chaos des sentiments lorsque l'on aime à nos dépends.

Une chose est sûre, ce livre ne laisse pas indifférent : on l'aime, on le déteste, voire même il nous insupporte jusqu'à ce qu'on ne soit plus capable de tourner une page !

Ma note:

09/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire